top of page

Croissance des prix et sécurité alimentaire au Cameroun



Introduction

Depuis la fin de l’année 2007, les prix des principaux produits de base sont devenus de plus en plus élevés et les denrées alimentaires de base deviennent moins accessibles pour le consommateur moyen. Cette hausse des prix vient augmenter l’effectif des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté. En effet, si la situation alimentaire des ménages pauvres s’est davantage détériorée (Minader et al., 2022), celle des ménages qui vivaient déjà en situation de précarité s’est également fragilisée. Au cours de la période allant de mars à mai 2022, l'accès à l'alimentation a été impacté par des prix globalement en hausse des denrées du fait de la pandémie de la COVID-19, des troubles climatiques et des conflits en cours dans le pays, une tendance qui, selon l'organisme onusien, pourrait être aggravée par la crise russo-ukrainienne.

Cet article vise donc à présenter l’état de la sécurité alimentaire et de la croissance des prix au Cameroun. Il propose par la suite une série de recommandations pouvant orienter l’action des pouvoirs publics et renforcer la résilience des ménages.


1. Etat de l’insécurité alimentaire au Cameroun

L’Afrique reste le continent le plus touché par des crises alimentaires en 2020. On y compte en effet 97,9 millions de personnes en situation d’insécurité alimentaire aiguë, soit 24,9 millions de plus qu’en 2019 (FAO, 2022). D’après le récent rapport de la FAO (2021), le nombre de personnes sous-alimentées en Afrique a augmenté de plus de 44 millions par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 264,2 millions en 2020. La prévalence de la sous-alimentation a continué d’augmenter jusqu’à atteindre 24,1% en 2020, contre 20,6% en 2019. En plus des 323,2 millions de personnes souffrant d’insécurité alimentaire grave en Afrique subsaharienne, 401,2 millions sont victimes d’insécurité alimentaire modérée.

Au Cameroun, sur la période allant de mars à mai 2022, 11% de la population camerounaise sont en insécurité aigue (2 865 906) dont environ 1% en phase d’urgence et 10% en phase de crise, notons que 23% sont en phase sous-pression (Minader et al., 2022).


2. Etat de la croissance des prix

Selon les statistiques de la Banque Mondiale, les coûts des matières premières alimentaires se sont accrus de 29,8% en moyenne par rapport à 2020. Ainsi, les prix mondiaux des produits céréaliers ont enregistré une hausse de 26% en moyenne, dont 56,9% pour le maïs, 23,7% pour le blé et 4,3% pour le riz. De même, les prix des engrais ont connu au cours de l’année 2021 un accroissement de 80%. En ce qui concerne le fret maritime, les prix se sont accrus de 81,3%.

Ainsi, malgré un contexte international difficile, le taux d’inflation au Cameroun est resté en 2021 en dessous du seuil de convergence communautaire de 3%, en se situant à 2,3% contre 2,5% en 2020 (Minepat, 2022).

Toutefois, sur le marché local, un accroissement de 3% des prix des produits importés a été enregistré, en raison de la hausse observée sur les biens alimentaires importés (+4,3% en 2021 contre 3,6% en 2020). Cette évolution des prix des biens alimentaires a été tirée par l’augmentation des prix des produits à base de céréale (+5,7%), des viandes (+4,6%), ainsi que des huiles (+6,9%) (Minepat, 2022).


3. Recommandations

Pour promouvoir la sécurité alimentaire, quelques recommandations sont à considérer :

- Continuer d’apporter une assistance immédiate aux populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle "crise et au-dessus" situées principalement dans les localités en crises du Cameroun ;

- Soutenir le déploiement de l’aide humanitaire dans les zones en crise ;

- Poursuivre les actions de résilience pour les personnes sous pressions (Phase 2), notamment les Activités Génératrices des Revenues pour les femmes et les jeunes ;

- Poursuivre et renforcer les mesures de prévention et de prise en charge de la malnutrition aigüe.



Références bibliographiques


Fao (2022). Incidences de la covid-19 sur les systèmes agroalimentaires en Afrique: priorités stratégiques à l’appui d’un redressement sous le signe de l’inclusion et de la résilience. Conférence régionale de la FAO pour l’Afrique. Trente-deuxième session. Malabo (Guinée équatoriale), 11-14 avril 2022. Disponible en ligne sur https://www.fao.org/3/ni552fr/ni552fr.pdf

FAO. (2020). L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2020. Transformer les systèmes alimentaires pour une alimentation saine et abordable. Rome, FAO. https://doi.org/10.4060/ca9692fr

MEF (2022). Lettre de la DGE : Comprendre la pression inflationniste post-cCOVID-19. Cotonou. Bénin.

Minader et al., (2022). Analyse cadre harmonisé des zones à risque et identification des populations en insécurité alimentaire et nutritionnelle (CH) au Cameroun. Minader, Yaoundé. Cameroun

Minepat (2022). Rapport sur l’économie camerounaise en 2021. Minepat, Yaoundé. Cameroun


46 vues0 commentaire
Post: Blog2 Post
bottom of page